utiliser un rabot

Comment bien utiliser un rabot ?

Dans cet article, je vais vous expliquer toutes les précautions à prendre pour utiliser un rabot manuel. Choix, préparation de la lame, affûtage, astuces, préparation de la pièce… Commencez tout de suite à travailler comme un artisan professionnel !

Avant de commencer

L’utilisation d’un rabot à main nécessite 3 exigences de base :

  • la passion
  • le dévouement
  • la sensibilité
utiliser un rabot

Le travail avec cet outil nécessite beaucoup de pratique avant de pouvoir obtenir les résultats souhaités. Vous devez d’abord trouver une raboteuse et configurer le rabot. Une lame bien affûtée est la base d’un rabotage régulier et correct. Bien que le rabot soit un outil extrêmement simple et indispensable, il doit garantir un appui solide et durable au tranchant. L’affûtage du couteau de rabot à bois mérite donc un traitement à part.

Évidemment affûter ne veut pas dire acquérir une nouvelle raboteuse à bois. Au contraire, la plupart du temps lorsque vous en achetez un, la première chose à faire est l’affûtage de la lame. C’est une opération à répéter le plus souvent possible.

La profondeur du fer est primordiale pour retirer la bonne quantité de matière à chaque passage, tout en gardant la maîtrise du traitement. Une fois le rabot correctement configuré, il est temps de vraiment commencer à travailler.

Quel rabot utiliser ?

On distingue 4 sortes de rabots en fonction de l’usage :

le rabot de finition : il est utilisé pour le travail fin des surfaces. Il possède un bord droit avec des coins arrondis afin de ne pas rayer la surface à usiner. La raboteuse, très longue, jusqu’à 65-75 cm, permet d’exécuter des fils droits sur les planches et de meuler de grandes surfaces. Sa masse offre une plus grande inertie à l’outil et le rabotage est plus doux, même sur des bois à fil retors ou à nœuds.

le rabot à bois pour tonneliers : il se caractérise par une semelle incurvée avec laquelle on peut travailler des pièces concaves, comme les douelles pour la construction de fûts ou de cuves en bois.

le rabot à registre manuel : il est plus épais, parfois en métal ou en bois. Il dispose d’une vis de réglage qui permet de régler facilement la saillie de la lame et l’ouverture de la fente.

le rabot latéral : généralement de faible épaisseur, il se caractérise par un couteau de même largeur que la bûche et par un trou très petit. Les copeaux sont expulsés par des ouvertures latérales. Il est utilisé pour faire des joints, des portes ou des moulures.

Comment manier un rabot ?

La raboteuse à bois manuelle doit être portée à deux mains, même lorsque la poignée avant n’est pas présente. Il est, en effet, fondamental de la maintenir fermement en contact avec la surface à raboter. Il importe aussi d’utiliser sa sensibilité pour maintenir l’uniformité avec des surfaces inégales ou étroites.

La passe n’a pas à être continue : de haut en bas de la pièce, vos bras donnent l’élan et vos mains gèrent la pression sur l’avant et l’arrière de l’outil, de manière rythmée et harmonieuse, sans raideur et coincement. La principale précaution à observer se situe au départ et à la sortie de la pièce.

La raboteuse à bois peut également être utilisée pour arrondir les bords d’une table, surtout si la pièce est de grande taille. C’est une belle manière d’acquérir de la sensibilité sur l’inclinaison de l’instrument. Mais il ne sera pas toujours nécessaire d’utiliser un rabot pour isoler les combles.